Candidat indépendant Thomas Brant : « Nous devons changer le système décisionnel et mettre fin aux partis politiques »

Entretien avec Thomas Brant, candidat indépendant à l'Assemblée nationale française pour Strasbourg.

Foto: Laurent Guillotin / DNA
Getting your Trinity Audio player ready...

Dans le contexte des élections législatives de ce dimanche 30 juin (premier tour) et 7 juillet (second tour), le candidat indépendant Thomas Brant s’impose comme un candidat différent à l’Assemblée Nationale et parmi ses priorités figure l’augmentation des droits des nourrissons et l’aide à l’agriculture.

1. Parlez-nous un peu plus de vous ?

Je suis ingénieur, enseignant, artiste, art-thérapeute et promoteur de la Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC). Je suis également co-fondateur de l’Association d’Aide aux Victimes des Accidents de la Route et co-auteur d’un livre sur la protection de l’enfance intitulé « Chronique d’un kidnapping annoncé, LA BARBE à PAPA de la protection de l’enfance ». De plus, je suis descendant de Sébastien Brant, juriste, humaniste et poète, auteur de “La Nef des Fous” en 1494 et premier secrétaire de la ville de Strasbourg de 1501 à 1521.

Thomas Brant avec son équipe de campagne. Photo : Laurent Guillotin/ADN

2. Quelle est votre principale motivation pour vous présenter à l’Assemblée nationale et quels changements espérez-vous mettre en œuvre si vous êtes élu ?

Ma principale motivation pour me présenter à l’Assemblée nationale est ma colère face aux injustices dans ce monde. Ici à Strasbourg, ailleurs en France, et partout dans le monde à travers mes voyages, j’ai été témoin de nombreuses injustices sociales, économiques et politiques. Si je suis élu, j’espère pouvoir combattre ces injustices et promouvoir une société plus équitable et solidaire. Je souhaite mettre en œuvre des politiques qui protègent les plus vulnérables, améliorent les conditions de vie de tous et favorisent une justice sociale réelle.

3. Selon vous, qu’est-ce qui doit changer dans la politique française ?

Je pense que nous devons changer le système décisionnel et mettre fin aux partis politiques, comme le suggère Simone Weil dans son livre « Note sur la suppression générale des partis politiques ». Il serait préférable d’élire des groupes de personnes par secteur – éducation, santé, logement, travail, défense – en fonction de leurs idées dans ces secteurs où ils ont des compétences et des idées.

4. Quels sont les principaux défis auxquels vous êtes confronté en tant que candidat indépendant face aux partis politiques ?

Il y a un manque d’équité, car seuls les groupes de plus de 75 candidats ont accès aux médias audiovisuels publics, et un groupe de 16 dont je fais partie n’y a pas accès, par exemple. De plus, dans les autres médias, ils se concentrent uniquement sur les candidats des grands partis. Nous devons également faire plus attention aux dépenses ; c’est mon argent personnel que j’investis, et pour lequel je ne demanderai pas de remboursement de frais, contrairement aux autres. Mais le plus dur est le préjugé faux des électeurs qui pensent qu’il faut voter pour un parti, alors qu’un député indépendant peut tout aussi bien rejoindre ensuite un groupe parlementaire, voter les lois et en proposer.

5. Que pensez-vous de Macron ?

Je pense que Macron veut bien faire, mais qu’il est trop formaté par le système politique et surtout très mal conseillé par un environnement de requins.

6. Parlez-nous davantage de la loi « Racine » que vous proposez.

La loi Racine a pour objet de créer une nouvelle collectivité territoriale législative à l’échelle de la circonscription et d’instaurer une procédure expérimentale pour les lois nationales.

La création des Circonscriptions Territoriales Législatives vise à rapprocher l’administration des citoyens et à améliorer l’efficacité de l’action publique en renforçant la démocratie locale et la participation citoyenne au processus législatif. Cette nouvelle entité permettra de mieux répondre aux besoins spécifiques des territoires et d’assurer une gestion plus rationnelle des ressources.

La Loi Racine propose également un mécanisme innovant pour l’élaboration des lois nationales, aligné sur les principes de souveraineté nationale, de démocratie participative et d’égalité, tels que définis par la Constitution française. Elle vise à renforcer la confiance des citoyens dans le processus législatif et à garantir l’efficacité des lois avant leur application à l’ensemble du territoire national, tout en prévoyant des mécanismes de suspension en cas d’urgence pour assurer la réactivité et la sécurité de l’État.

7. Vous êtes descendant de Sébastien Brant, quelle mesure inspirée de lui prendriez-vous pour la France d’aujourd’hui ?

Je mettrai fin à l’usure, qui est le système d’intérêt financier démesuré, en découpant la Bourse de Paris en bourses régionales et en réservant l’accès aux entreprises éthiques au niveau financier, social et écologique.

Apprenez-en davantage sur la candidature de Thomas Brant ici.

(Lea este artículo en Español)

¿Qué te pareció?

Your email address will not be published.

Artículo Anterior

Francia. Candidato independiente Thomas Brant: “debemos cambiar el sistema de toma de decisiones y poner fin a los partidos políticos”

Artículo Siguiente

Reviva el debate entre Trump y Biden organizado por CNN